Rétrospective de mon périple en vélo : Bilan des 4000 kms

La Serbie est un pays qui fait peu parler de lui et dont on connaissait peu de choses.  Il s’est révélé comme une bonne surprise dans notre itinéraire.

Effectivement les routes de l’euro vélo sont moins bien aménagés ( mais on devient exigeant après ce qu’on a connu en Allemagne et en Autriche!), les paysages sont moins somptueux, les villes moins touristiques…. mais l’accueil que l’on reçoit est bien au delà de ce que l’on a rencontré jusque ici.

C’est sûrement majoré par le fait qu’on soit avec les enfants mais il n’y a pas une seule journée où l’on ne nous a pas offert quelque chose.  Parfois une glace pour nous souhaiter la bienvenue,  parfois de l’eau ou des sodas pour nous rafraîchir,  des cadeaux  ( portes cles, magnets…) quand on achète quelque chose dans un magasin…Nous ne comptons plus toutes les attentions spontanées ou les encouragements, mais cela contribue à se sentir bien dans ce pays.

Un autre aspect que nous avons observé de nos yeux de basketteurs,  c’est l’omniprésence de terrains ou paniers pour les adeptes de la balle orange. On a aussi pu voir quelques terrains de tennis. Djoko fait son effet.

Et puis nous aimons traverser les villages qui se sont construits autour de l’axe principal. Nous avons aussi aimé pédalé dans les réserves naturelles pour apprécier toute la faune et la flore. Et puis depuis hier nous découvrons les portes de fer, cela restera un mémorable souvenir.

Nous pensions bivouaquer en Serbie mais nous n’avons pas eu encore l’occasion.  Il y a peu de campings mais nous avons dû tous les faire! Nous retenons surtout les accueils que l’on a reçu par nos hôtes warmshowers et autres.

Au total nous avons dû  pédaler 1 heure sous la pluie (depuis fin mai en Allemagne). Nous avons des conditions climatiques idéales pour progresser aisément. Quand il fait trop chaud nous essayons de partir plus tôt pour rouler un maximum le matin.

Par contre nous avons revu notre organisation et mis en place un roulement pour la remorque.  Quand Amaury et Théotime  ne se liguent pas pour inventer des bêtises, ils se chamaillent comme des frères. Ces situations peuvent vite dégénérer surtout quand on ne peut pas s’arrêter.  Nous avons donc instauré un repos en alternance,  ce qui ne réjouit pas Théotime qui doit pédaler davantage.

Le prochain bilan sera certainement celui de la fin du voyage à moins que nous fassions plus de 5000kms!

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*